Notre Blog

1

L’adolescent dans le processus de création
ou la création est-elle une nécessité pour l’adolescent ?

Mercredi 16 novembre 2016

Organisé par la MJC de Rodez en partenariat avec AVEYRON CULTURE – Mission Départementale

Cette journée s’adresse aux intervenants (professionnels ou amateurs) engagés dans des activités théâtre, qu’elles soient en milieu scolaire, centres de loisirs, maisons des jeunes et de la culture ou structures locales proposant des activités ou ateliers de pratique en direction des adolescents et jeunes gens. Les enseignants développant ou souhaitant développer des projets théâtre au sein de leurs classes peuvent également y participer.

Inscriptions // Contacts :
05 65 73 80 59 / 06 07 09 23 24 – Béatrice BOISSONNADE – médiatrice théâtre – Aveyron Culture b.boissonnade@aveyron-culture.com
05 65 67 51 40 / secretariat@mjcrodez.com

 

9h – 12h 
Atelier – causerie // Centre culturel départemental – 25, avenue Victor Hugo à Rodez  

 Une démarche artistique avec des adolescents

C’est une rencontre avec Jean-Claude Gal, directeur du Théâtre du Pélican à Clermont-Ferrand, qui est proposée ici. Il s’agit de partager son expérience singulière autour du projet « Generation to Generation » : création de spectacles par des adolescents dans le cadre d’un projet d’éducation artistique européen soutenu par l’Union Européenne.

C’est au cœur de ce processus créatif autour du texte, et dans une approche où « les ados sont à leur place, et où ils ne remplacent personne » que se tisseront des échanges et discussions…

Thémes abordés :

  • Théâtre & éducation
  • Théâtre & connaissance de soi
  • Théâtre & écriture // L’écriture et les adolescents
  •  Le texte théâtral : un regard sur le monde

 

14h30 – 17h
Table Ronde // Musée Soulages,  Jardin du Foirail, Avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Lors de la première édition de NOVADO 2014, la MJC de RODEZ avait proposé une journée de réflexion  autour de la rencontre du théâtre avec les adolescents en milieu scolaire, se questionnant sur la place du binôme enseignant/artiste dans un système complexe.

Pour la deuxième édition 2015, nous proposions de nous interroger sur la transmission du théâtre en direction des adolescents, quels espaces et quels temps pour ce(s) rendez-vous ? Quelle cohérence entre les différents temps de l’adolescent (notamment en dehors du temps scolaire) ? Quel rôle des intermédiaires dans la construction d’une transmission cohérente ?

Pour cette troisième édition, quels rôle et place de la création artistique durant l’adolescence ? Qu’attendre des expériences esthétiques dans une dynamique de transformation ?

Quels atouts et complémentarités des pratiques de spectateur et / d’acteur: construire une identité, une citoyenneté

Au filtre des différents faisceaux de l’éducation artistique en différents milieux de vie, de la formation des professionnels, des politiques de l’Etat et des collectivités territoriales, nous vous proposons d’entendre des témoignages, interroger, analyser les pratiques afin de dynamiser, renforcer, ré-enchanter nos actions en direction des adolescent(e)s.

Intervenants

Jean-Claude GAL

Directeur artistique et metteur en scène du Théâtre du Pélican depuis le 1er janvier 2001, Jean-Claude Gal mène, parallèlement à des créations professionnelles, des aventures originales regroupant adolescents, jeunes gens et comédiens professionnels autour de thèmes liés à la jeunesse.

Depuis son arrivée au Théâtre du Pélican, il a conduit plusieurs triptyques sur les thèmes de l’Intimité de la Jeunesse ou de la Mémoire des Origines, Jeunesse & Engagements. Il conduit actuellement un triptyque sur le thème des Nouvelles Mythologies de la jeunesse.

Jean-Claude Gal participe activement à la réflexion sur l’art et la jeunesse et il a notamment publié un ouvrage retraçant son parcours artistique de vingt-cinq ans auprès des adolescents, Un théâtre et des adolescents. Ouvrage disponible aux Presses Universitaires Blaise-Pascal. (Un théâtre et des adolescents, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2006)

http://www.theatredupelican.fr/index.php?id=123

 

Henri BORNSTEIN

Après un diplôme d’ingénieur, Henri Bornstein suit des études musicales et théâtrales. Il fonde à Toulouse en 1985 la compagnie de théâtre Nelson Dumont avec laquelle il met en scène une quinzaine de spectacles.

Formateur au Centre de formation des musiciens intervenants à l’université de Toulouse II – Le Mirail jusqu’en 1990, il enseigne l’art dramatique au Conservatoire national de région de Toulouse de 1984 à 1997.

Depuis 2002, il est directeur artistique de « La Manufacture des sons », un projet d’éducation artistique et de sensibilisation au théâtre musical.

De 2009 à 2014, il mène avec sa compagnie « Faire tomber les murs »un projet qui implique les habitants du Mirail, à Toulouse, dans l’écriture et les représentations de spectacles, dont seront tirés deux ouvrages aux éditions Érès (« Faire tomber les murs », une expérience de théâtre au cœur de la cité, 2012, et « Ailleurs ». Le théâtre dans la cité questionne l’exil, 2013). En 2014, un festival, Les Théâtrales de Desbals, prolonge le projet.
En 2010, paraît dans la collection « Théâtrales Jeunesse » son premier texte de théâtre jeune public, Mersa Alam, suivi en 2011 de Frère et sœur et en 2015 de Moi, Arcan (prix de littérature dramatique des collégiens Collidram 2016).

Marion MUZAC

Marion Muzac se forme à la danse classique en Conservatoire puis mène un cursus universitaire en commerce et communication. A New York, elle suit l’enseignement de la technique de Merce Cunningham et à Toulouse profite de la formation du Centre de Développement Chorégraphique. Elle est professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Toulouse, au CDC et à l’ISDAT. En septembre 2013, elle est responsable du département danse du Conservatoire de Toulouse. Depuis 2001, elle mène simultanément des activités pédagogiques et des projets chorégraphiques.

Elle collabore avec des plasticiens, des metteurs en scène de théâtre et d’opéra et intervient auprès des jeunes comédiens du Théâtre National de Toulouse, l’Atelier Volant. En 2008, elle crée le duo danse et musique hero hero, régulièrement présenté dans les écoles, collèges et lycées.

En 2010, elle réalise Le sucre du printemps un projet chorégraphique pour 27 jeunes danseurs en collaboration avec la plasticienne Rachel Garcia. Après Toulouse, le Sucre du printemps a été créé à Düsseldorf, à Paris au Théâtre National de Chaillot en collaboration avec le CND de Pantin et dernièrement à Ramallah en Palestine. Suite à cette création, elle réalise un film documentaire 17 printemps avec la réalisatrice Sophie Laloy, sur le parcours initiatique d’un jeune danseur de 17 ans qui entre dans le monde adulte par l’expérience de la danse.

Laura TREICH

 Psychologue clinicienne depuis 2005, j’ai d’abord travaillé auprès de personnes âgées en EHPAD et en accueil de jour, et donné des formations à du personnel soignant sur des thèmes tels que la maladie d’Alzheimer, la psychologie du vieillissement, l’accompagnement de fin de vie.

Je suis également intervenue auprès d’adolescents en foyer de l’ASE, puis en IME, comme psychologue-psychothérapeute

J’interviens actuellement auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes en cabinet libéral, de patients adultes souffrant de troubles psychiatriques en clinique privée, et de tous petits au sein d’un LAEP.

Après une formation à la psychothérapie par les médiations expressives et artistiques à l’Association Asphodèle (75011), je poursuis l’approfondissement de ma pratique à l’AFPPEA (Association Française à la Psychothérapie Psychanalytique de l’Enfant et l’Adolescent).

J’anime également des groupes de paroles pour des bénévoles en Soins Palliatifs et Longue Durée pour l’Association Rivage (Versailles), et deux groupes d’expression corporelle dansée en libéral.

Publications :

* L.Treich (Avril 2013) « Danses du corps, danses des mots, enveloppes musicales » in L’adolescent, entre marge, art et culture, une clinique des médiations en groupe, ouvrage codirigé par C.Sternis et E.Granier, Erès.

* M.Ségurel et L.Treich, « Culture, art et adolescence : témoignages », Ibid.

* S.Rajalu, L.Treich, (Février 2011), Petit guide d’avancée en âge à l’attention des personnes âgées et de leurs proches, Paris : Ellipses.

Recherche : Travail de recherche interculturelle sur le dessin d’enfant au Bénin à travers le test du dessin de personnage.

 

Pascal PARIS

D’abord enseignant, Pascal Paris a rapidement pris la responsabilité d’un institut de formation d’animateurs socio-éducatifs professionnels avant de se retrouver en 1983 directeur de ce que l’on n’appelait pas encore une Scène nationale, à Aurillac où il crée en 1985: Eclat, festival européen de théâtre de rue. 

En 1990, il co-fonde le centre d’art et de culture de Narbonne, et participe à la construction du théâtre de cette cité. Depuis toujours préoccupé par le développement du spectacle jeune public, organisant de nombreux colloques, il milite à la création de l’Association Scène d’enfance et d’ailleurs. 

C’est en 2007, qu’il est appelé à la direction de la Scène nationale d’Albi où il met en œuvre le processus de construction du Grand théâtre.

En dehors de son goût pour la programmation artistique, son intérêt pour l’enfance et le devenir de l’individu l’ont amené à se préoccuper particulièrement de médiation et de développement d’action culturelle sur les territoires, la programmation Jeune Public, la mise en œuvre de partenariats avec l’éducation nationale en particulier.

Harold RHÉAUME

 Diplômé de l’École de danse de Québec en 1987, Harold Rhéaume débute comme apprenti à la compagnie Danse Partout (Québec), avant de joindre les rangs du prestigieux Groupe Dance Lab d’Ottawa, où il expérimente les rudiments de l’interprétation et de la création chorégraphique, sous la direction de Peter Boneham. Il s’installe à Montréal en 1993 et agit à titre d’interprète dans les œuvres de Louise Bédard, de Danièle Desnoyers, d’Estelle Clareton, d’Hélène Blackburn, d’Isabelle VanGrimde, de Daniel Soulières et de Sarah Bild. Il entame sa carrière de chorégraphe indépendant au début des années 1990, présentant tour à tour ses créations au Canada, en Angleterre, en Écosse et aux États-Unis.

Harold Rhéaume a fondé Le Fils d’Adrien danse, en 1999, et a depuis créé une quinzaine de chorégraphies largement diffusées au Québec, au Canada et en Europe, dans les trois créneaux devenus emblématiques de la compagnie : grand public, jeunesse et in situ. L’approche chorégraphique de Rhéaume est sensible et humaine. Sa gestuelle est incisive, sculpturale et articulée.

Son travail et son implication ont été récompensés par le 37e Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des arts du Canada. En 2006, le Fils d’Adrien a été finaliste pour la plus importante récompense culturelle de la Capitale-Nationale, soit le Prix Ville de Québec.

En plus d’enseigner le mouvement au Conservatoire d’art dramatique de Québec, Harold Rhéaume collabore à de nombreuses productions à l’Opéra de Québec, avec l’Orchestre symphonique de Québec, avec plusieurs metteurs en scène de la Capitale. En 2011 et en 2013, il signe les chorégraphies pour Les chemins invisibles du Cirque du Soleil. En 2014-15, avec sa complice de longue date, l’auteure/comédienne/metteure en scène Marie-Josée Bastien, Il co-signe L’ÉVEIL, un spectacle aux frontières de la danse et du théâtre, en tournée au Québec et en France en 2016.

Ecoutez l’intégralité de la table ronde professionnelle du 16 novembre 2016


Ecoutez l’intégralité de la table ronde professionnelle du 18 novembre 2015

 

Commentaires ( 1 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *